Brassage des générations.

Le but n’est pas forcément de réunir sa propre famille, mais de faire l’expérience du soutien que peuvent s’apporter mutuellement les générations entre elles. Par le passé, il était usuel que plusieurs générations vivent ensemble sous le même toit. Grands-parents, parents, enfants, petits-enfants et souvent aussi beaux-parents, il était normal d’habiter à la même adresse.

Partagez cet article:

SUR FACEBOOK

Une telle constellation se traduit par les modes de comportement suivants:

La génération des baby-boomers a, d’une toute autre manière, le temps et l’envie de s’occuper des rejetons de la génération XY. Ce constat est tout particulièrement valable pour les tâches exigeant du temps et une certaine sérénité, comme l’encadrement des processus d’apprentissage. Exemple: apprendre à manger seul, à devenir propre, à ramper, à marcher, à faire ses devoirs ou du vélo, à lire ou à écrire, et bien d’autres choses encore. Dans le meilleur des cas, notre descendance fait de la sorte aussi l’apprentissage des traditions, que les générations expérimentées savaient garder vivantes.

Les générations Y et Z s’étonnent en revanche des yeux ébahis de la génération X et des baby-boomers qui les regardent commander leur téléviseur à l’aide de leur téléphone portable ou qui découvrent un enfant de deux ans choisir des vidéos sur le smartphone de sa maman.
La génération des baby-boomers et celle des Vétérans apprennent des plus jeunes à rechercher facilement une adresse sur Google, au lieu de feuilleter longuement un annuaire.
Les avantages et les désavantages des habitudes des uns et des autres et des possibilités à disposition sont matière à des échanges et à des entretiens passionnants. C’est ainsi que naissent des discussions, que l’on se raconte des histoires et que l’on se compare ou s’adapte aux nouvelles conditions.

Partagez cet article:

SUR FACEBOOK
Paramètres des cookies
nochobN